Rencontre avec le dessinateur Thibaut Rassat

On vous disait dans cet article que l’on n’allait pas vous lâcher pour l’année 2018 en continuant à mettre en lumière les dessinateurs et dessinatrices émergents, et on ne vous a pas menti !

Petite plongée au cœur du travail de Thibaut Rassat, jeune illustrateur qui habite aujourd’hui à Paris. Entre architecture, portraits, nature, encre, peinture, crayons, pastels… Thibaut est sans cesse en train de se remettre en question et de se donner des challenges (le Inktober par exemple, où le pari éreintant de faire un dessin par jour pendant un mois), et ça a du bon ! Une évolution que l’on peut suivre en temps, quasi, réel sur son Instagram. Il en profite aussi parfois pour nous dire comment  il va ou comment il aborde un dessin. Alors on a voulu en savoir encore plus ! 

Croquis du matin #sketching #sketch #colorpencil

A post shared by Thibaut Rassat (@thibautrassat) on

Tout d’abord, qui es-tu Thibaut Rassat ?

Hello ! Je suis né en banlieue Parisienne, mais j’ai passé la moitié de ma vie dans le Sud, entre Aix et Marseille. J’habite à Paris depuis bientôt 6 ans.

J’ai travaillé plusieurs années en tant qu’architecte, puis illustrateur, puis tout en même temps. En ce moment je suis illustrateur à plein temps, mais personne ne me croit, tout le monde me demande quand je vais reprendre l’archi.

dessinateur Thibaut Rassat

Quelle est l’importance du dessin dans ta vie ?

J’aime dessiner, j’aime regarder des dessins quand je ne dessine pas, on peut dire que c’est assez obsessionnel ! Le fait de dessiner n’est pas spécialement obligatoire pour que je passe une bonne journée, mais je me sens vraiment bien quand je réussis une belle image. Quand je suis lancé, je peux y passer ma journée, ma soirée, mes weekends.

Tu peux nous décrire une journée typique ?

Une journée typique c’est vraiment quand j’ai beaucoup de travail !

Je me lève, je bois une cafetière, je pars à mon atelier boire une deuxième cafetière, et après je lis ces mails auxquels je ne réponds pas, et je dessine. En ce moment je travaille beaucoup sur des projets personnels, alors j’ai un peu plus de mal à structurer mes journées (en vrai je réponds à mes mails, envoyez moi des mails svp). Sinon l’idée c’est que je dessine dans un atelier avec d’autres illustratrices et illustrateurs, on passe des supers journées, c’est studieux quand il faut mais on échange souvent sur le dessin, la musique, c’est un peu le rêve.

Quels sont tes outils préférés ?

Je me pose la question tous les jours. Je suis tiraillé entre le trait et la masse. J’aime changer d’outils quand je suis trop à l’aise, ça m’oblige à rester curieux et ça m’a toujours fait progresser. Et puis j’aime l’accident aussi.

Mais je crois que mes préférés sont l’encre (plume et lavis) et la peinture.

Qu’est-ce qui fait ta marque, ton identité ?

Je crois que malgré moi il y a une dimension onirique dans ce que je fais. Ce n’est pas volontaire, mais les dessins que je réussis le mieux sont les plus intimes. J’aime les images/mystères et l’idée de narration dans une image sans légende, que l’on s’interroge sur ce qui s’y passe, et que chacun puisse y trouver son compte.

Ce n’est pas moi qui le dis, mais on m’a souvent parlé de l’image et de l’idée de la femme que je semblais avoir. 

dessin noir et blanc par Thibaut Rassat

Quels sont les artistes que tu aimes le plus ?

Les plus importants pour moi, ce sont Vallotton (pour sa modernité, ses cadrages, ses couleurs, et son mystère), Hockney (pour sa capacité de recherches, son dandysme, sa liberté).

En BD, je suis fasciné par Gipi, et j’ai été ému par Moebius récemment.
Et puis Jean de Brunhoff aussi, Saul Steinberg comme beaucoup, Cocteau.

Ou puises-tu ton inspiration dans la vie quotidienne ?

Je suis architecte, alors je suis obligé de dire dans la ville, non ? La ville ça m’inspire beaucoup, les gens, les silhouettes, les vues, la lumière, l’architecture.

Le lieu où je suis m’inspire beaucoup, cet été j’ai passé plus d’un mois dans ma famille en Provence, et ça se sent dans mes dessins. Quand je suis à Paris ça se voit autant.

J’aime beaucoup dessiner en écoutant la radio, certains sujets m’emmènent un peu plus loin et me donnent envie de dessiner, comme la lecture. Je ne dessine jamais ce que j’entends ou lis, mais ce sont des pistes de réflexion.

Tu te souviens de ton premier dessin ? le dernier ?

Le premier ça devait être un dessin abstrait murement réfléchi. Après je suis passé aux dinosaures. Puis aux château-forts, puis aux dinosaures qui attaquent des château-forts. C’était la mode à l’époque je crois. Il y a un mystère autour de mes premiers dessins qui ont tous été noyés dans une inondation. Il m’en reste juste quelques uns dans une pochette que je garde au chaud dans mon bureau.

Le dernier je l’ai posté sur instagram tout à l’heure, ça devait être ma carte de vœux, mais je ne le trouvais pas assez joyeux pour ça.

Et celui que tu préfères ?

Un dessin que j’ai fait début Janvier. C’est mon plus bel accident, il s’appelle  » En arrivant en ville je t’ai cueilli un palmier ». C’est, je crois, le plus libre et le plus équilibré.

Sinon j’aime beaucoup un autre dessin que j’ai fait à l’encre et aux pastels, il s’appelle « La colline brûlante ». C’est aussi un accident, mais celui là j’en ai trouvé la clé.

Thibaut Rassat
 » En arrivant en ville je t’ai cueilli un palmier »

Si tu pouvais collaborer avec n’importe quel artiste ou projet, ce serait quoi ?

Mon autre passion c’est la musique, alors je suppose que j’adorerais travailler avec les groupes qui m’accompagnent depuis des années : faire une pochette pour King Krule, un clip pour Burial, une affiche pour Grimes ou the Streets.

Et puis j’aimerais bien travailler sur le vêtement, que ce soit sur la forme ou le motif. Ou alors des agences d’archi que j’aime bien, ou encore mieux, dessiner un musée de l’illustration, ça se serait vraiment le rêve.

Ton regard sur le monde l’illustration actuel ?

Je trouve qu’il y a de belles choses et des choses plus discutables. J’aime qu’internet me donne accès à autant d’artistes incroyables, même si je suis plus papier.

Je suis moins réceptifs à l’illustration qui tend vers le graphisme et j’ai aussi un peu de mal avec les mouvements/modes trop marqués.

Mais c’est une belle période pour l’illustration !

Quels sont tes projets à venir ?

Je me suis donné un peu de temps pour finir des projets persos qui me tiennent à cœur. Je suis en pleine écriture d’un album jeunesse qui j’espère trouvera un éditeur, j’ai un projet de BD en tête. Et je commence aussi un autre projet de BD avec un ami scénariste, le premier n’a pas marché, mais celui là sera le bon !

Sinon je marche depuis 1 an dans le grand Grand Paris (avec des architectes, des urbanistes, des photographes et artistes) et on a un projet d’exposition avec un ami photographe en rapport avec ça. J’aimerais trouver du temps pour faire un projet de BD avec ma compagne aussi, on en parle depuis longtemps !

Et puis il y a des choses dont je ne parlerai que quand ce sera sûr !

Voilà, merci d’être arrivé jusque là.

dessin fille par Thibaut Rassat illustration Thibaut Rassat  Thibaut Rassat Thibaut Rassat  Thibaut Rassat Thibaut Rassat

Thibaut Rassat

 

Thibaut Rassat est à suivre :

Sur Facebook 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*