Beware est un magazine online de culture urbaine, de design et de lifestyle

home

par Beware

Event

Tron: Avant-première

12h23: Départ. La séance est à 13h, on prend nos dispositions pour arriver en avance… mais pas trop.

L’entrée est modérément bondée. Certaines personnes sortent, sans qu’on comprenne pourquoi. Certainement la projection réservée aux journalistes. On entend dire que “le plus grand fan des Daft Punk” (aka Daft Punk Daftworld pour ceux qui ne le connaissent pas) a répondu présent à l’évènement…

(Voici son blog au passage, revendiqué comme source par les Inrocks: http://daftworld.over-blog.com/)

Introduction:

Enfin. Après seulement 5 minutes d’attente, la pression commençait à devenir insoutenable. Un homme prend la parole devant la salle, nous projette quelques images promotionnelles du film. On a le droit à un comparatif avec les films “Matrix” (pour l’intrigue de “l’élu”) et le très récent “Avatar” (pour la performance technique). Il est également souligné que le film (réalisé par Joseph Kosinski) a été pensé comme un projet purement 3D et que du début à la fin de la réalisation l’équipe chargée du tournage s’est efforcée de recréer l’atmosphère du premier opus (sorti en 1982).

Viens ensuite un entracte de 3 minutes, le temps de nous remettre en tête la bande-annonce. Une fois encore, on trépigne. C’est beau, on sait que les daft sont derrière… On se tait, à défaut de vouloir crier.`

Mise en situation:

Nouveau ppt, on nous prouve que Tron est partout et que la génération émergente a fortement été marquée par le design du film. Automobiles, architecture, high tech, tout y passe.

Le film (enfin):

L’extrait projetté est le même que celui qui avait été projeté en catimini au Comicon et dont voici la chronologie:

Tout commence par:

- “Oh no, this is not happening… oh god this is really happening!”

Le héro (Sam Flynn) vient alors d’arriver dans le jeu. Au-dessus de lui, un spaceship (qu’on voit dans la BA et qui était également présent dans le premier film) descend dans sa direction. Deux gardes viennent le chercher pour le faire embarquer à bord.

Silence de mort dans le vaisseau rempli de “prisonniers”. On lui fait comprendre qu’il doit se taire, il s’exécute plus ou moins (un héros sans rébellion n’en serait pas vraiment un). Un garde passe ensuite dans le rang et désigne deux groupes. Evidemment Sam Flynn est dans une belle m*****. Convoqué pour le “jeu”, on l’emmène se mettre en tenue. C’est alors que 4 bombes (cocktail: eye-liner, queues de cheval tirée comme jamais, combinaison moulante) font leur apparition pour faire enfiler son armure à la jeune recrue. On assiste même, pendant l’adoubement, à un:

-”He is different.”

C’est confirmé, c’est bien notre élu tronien.

Vient ensuite LE passage attendu par tous les fans des Daft. Alors que le “jeu” va commencer, un superbe “Let’s Rock it!” fend l’atmosphère pour ouvrir un plan d’une seconde et demie sur les Daft. Nouveaux costumes, nouveaux casques (revus pour l’occasion). La surprise est on ne peut plus efficace.

Présentation du jeu:

On nous explique que le jeu a, lui aussi, été pensé principalement comme une expérience à vivre en 3 dimensions. La démonstration se fait sur l’écran de projection, une première selon le testeur qui souligne que la PS3 n’a pas été conçue pour pouvoir gérer ce type de format. On s’en aperçoit d’ailleurs légèrement en constatant que le jeu lague un peu.
Le joueur retrouvera des scènes de plateforme, de beat ‘em all ou encore de simulation de course… un meltin’ pot à la GTA (sans le sang). Le tout reste cependant un mélange efficace mais pas franchement nouveau et novateur, on s’étonne même que le jeu paraisse aussi peu poussé graphiquement (c’est beau mais ça ne transcende pas). Ceci dit, les éloges faites au Comicon laissent à penser que le jeu risque d’être une vraie réussite. Une démonstration de seulement 7 minutes est beaucoup trop courte pour pouvoir se faire une idée réelle et réaliste du jeu. On retiendra donc l’incroyable profondeur des plans avec les lunettes 3D et attendons de pieds fermes la sortie officielle du jeu (prévue le 27 janvier 2011).

Conclusion:

Bonne impression générale sur le film. Seul bémol, on aurait aimé plus de spectaculaire dans les scènes 3D même si les effets sont déjà très saisissants. Sans doute un film qui va faire des émois… la “brand image” Daft Punk a encore de très beau jour devant elle. Et on ne peut qu’en être ravis.

Ajouter un commentaire

1 commentaire

  1. Chirz says:

    patate l’article Cell !

Top
Laisser un commentaire

Top