Enora LALET - Tata Boga

 

À l’heure ou prendre son repas en photo semble une discipline des plus courante, Enora Lalet, avec sa série TATA BOGA, se distingue de la masse en sortant les aliments de leur assiette. D’aucuns diront qu’il ne faut pas jouer avec la nourriture, ici, on pourra faire une exception tant le jeu en vaut la chandelle.

Si on en croit son intitulé, Enora Lalet est une plasticienne culinaire. On pourrait penser qu’elle monte des religieuses au chocolat comme personne, mais, il n’en est rien. (Qui sait ?) Enora dresse des portraits tout aussi appétissants qu’un buffet tout droit sorti d’un des ateliers de Willy Wonka. Ses créations, délicieusement colorées, sont le fruit d’une mûre réflexion (promis après on arrête avec le champ lexical de la nourriture) qu’elle a entamé durant sa scolarité en Master II d’arts plastiques à l’université Michel de Montaigne Bordeaux III.

Française, son travail s’exporte jusqu’en Indonésie cette année avec la suite de sa série Cooking Faces. Pour les moins branché en anglais d’entre vous, ça se traduit par : visages cuisinés. (C’est gratuit).

Dans la série Cooking Faces, on demande TATA BOGA.


Enora LALET - Tata Boga portrait

 

TATA BOGA c’est 25 nouveaux portraits inspirés de la nourriture locale indonésienne. Ses modèles, exclusivement indonésiens, se prêtent merveilleusement bien aux structures alimentaires créées par l’artiste. Nous avons donc des aliments indonésiens, disposés sur des indonésiens, en soit, une certaine idée du chauvinisme ou alors! Une démarche plus sociale. Une volonté de représenter une culture à travers sa cuisine.

Sommes-nous ce que l’on mange ? Ce qui est certain, c’est qu’Enora sait nous faire voyager.

 

Enora LALET - Tata Boga portrait donut

 

En collaboration avec le photographe Matthias Lothy, l’artiste nous sert une série de portraits haut en couleur qui nous plonge inévitablement dans un univers onirique des plus exquis. Frôlant parfois l’imagerie mythologique, jouant avec les codes de notre enfance, réinventant la coiffe, Enora construit des ponts entre les mondes et ce qu’il y a de bien avec ça, c’est qu’il y en a pour tous les goûts.

À table !

 

Enora LALET - Tata Boga

Enora LALET - Tata Boga Enora LALET - Tata Boga

Enora LALET photographie culinaire

portrait culinaire

 

Site

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *