Equateur : Burn The Sun, voyage interstellaire en terres électro pop

Charles Rocher aka Equateur, avait déjà marqué le coup en 2012 avec notamment Haunted, un titre électro pop envoûtant annonçant un nouvel artiste des plus prometteurs. Il publie aujourd’hui son premier album Burn the Sun, une sortie que Beware ne pouvait pas louper.

Burn The Sun

Daft Punk, Cassius, Breakbot, Mr Oizo… Les artistes de la French Touch se succèdent et ne se ressemblent pas. Parmi eux, un producteur parisien a su attirer notre attention depuis plusieurs années déjà, il s’agit d’Equateur aka Charles Rocher. L’artiste défend une synthwave irrésistible, entre électro pop envoûtante et univers rétro futuriste. On ne pouvait qu’adhérer après les écoutes de leurs 4 EPs et des titres tels que Haunted, The Lava ou encore Absolut. Le voyage interstellaire continue aujourd’hui vendredi 25 mai avec la sortie de son premier album Burn The Sun, un coup de cœur pour Beware.

Ses premiers EPs avaient reçu un bel accueil de la part des critiques, avec Burn The Sun, Equateur transforme l’essai. L’opus réveille en nous la nostalgie des années Sega Genesis et des films de science-fiction des eighties. Si Equateur a son identité musicale propre, on ne peut s’empêcher de le comparer à M83, MGMT, Kavinsky ou encore même Daft Punk. Les lignes de basses sont entêtantes et maitrisées, le chant profond, vif et mélancolique, et le talent tout aussi grand que celui de ses prédécesseurs. La relève est définitivement assurée, et on n’attend plus que l’annonce de dates live !

S’il ne fallait retenir qu’un titre (ou trois) : Burn The Sun, le sombre et romantique – The Lava, son synthé puissant et son chant sensuel – Force & Love, la note d’espoir de l’épilogue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.