Martine Feipel & Jean Bechameil présentent en ce moment au pavillon de l’Arsenal un projet appelé Un Monde Parfait interrogeant en sculptures monumentales les constructions des Grands Ensembles des années 1950-1970 en France.

6df1a42843

Martine Feipel & Jean Bechameil sont des artistes qui ont l’habitude de travailler sur l’espace et c’est leur principal centre d’intérêt. Sélectionnés en 2011 pour représenter le Luxembourg à la 54ème Biennale de Venise, leur travail tente, de manière destructive, de montrer la complexité d’idées cachées dans la façon traditionnelle de construire l’espace. Né en 1964 à Paris, Jean Bechameil travaille depuis 1990 comme sculpteur indépendant et à ce titre il a participé à de nombreuses expositions en France et au Danemark. Il a également travaillé sur différentes scénographies de théâtre et de films et a aidé à la réalisation de décors de plusieurs films de Lars von Trier. Il s’est associé en 2008 à Martine Feipel, diplomé de la Central St Martins College of Arts & Design à Londres .

Leur projet Un Monde Parfait est présenté au pavillon de l’Arsenal depuis le 25 juin et sera enrichi de nouvelles pièces à l’occasion des Nuits Blanches (4 octobre 2014). Ils exposent à cette occasion des sculptures monumentales de bâtiments modernes qui en leur temps représentaient une utopie sociale, comme les Tours Nuages d’Emile Aillaud à Nanterre, et interrogent ainsi notre vision contemporaine de ces idéaux d’une autre époque lorsqu’on les voit différemment. Sont exposées six sculptures monumentales (près de quatre mètres de haut) d’architectures de la période moderne et francilienne, faisant partie des Grands Ensembles. Les Grands Ensembles sont issus d’une politique urbaine post seconde guerre mondiale visant à loger la population par masse dans des logements à moindre coût pour l’Etat et prenant donc la forme la plus simple qui soit et la moins onéreuse de « barres » d’immeuble où, devait se réaliser une vie en communauté joyeuse et un idéal de la vie moderne.

Pavillon de l'Arsenal

Pavillon de l’Arsenal

Cette exposition a pour point de départ un voyage à Paris des deux artistes. En voiture, le long d’un périphérique, ils font le constat de la fin d’un rêve. Ils rencontrent des immeubles de logement vieillissants, dont les murs délités ont noirci et dont les couleurs autrefois éclatantes ont terni. Une pointe d’amertume et de curiosité les empare. Ils entament des recherches sur le bâtiment en question mais aussi sur les répercussions de l’architecture moderne sur les constructions mises en œuvre depuis la Seconde Guerre jusqu’aux années 1970.

74e44475a8

Nous aussi, en voyant ces immeubles dans l’exposition, nous les voyons comme des survivants d’idéaux communautaristes du passé où règne aujourd’hui l’insalubrité et qui ne font plus du tout rêver. Mais Martine Feipel et Jean Bechamail y voient aussi une sorte de nostalgie, un attachement à l’utopie qu’elle a véhiculé, mais aussi posent une série de questions. Le délaissement politique interroge par exemple la légitimité et l’avenir du patrimoine du logement social en France. D’où le nom de l’exposition « Un Monde Parfait ». Aujourd’hui, ce monde parfait a disparu, ayant laissé place à un individualisme.  L’utopie du vivre ensemble, du partage et de la vie collective semble progressivement s’être évanouie. L’œuvre de Martine Feipel et Jean Bechameil retient leurs silhouettes. Si l’utopie des architectes modernes est effritée, Un Monde Parfait traduit la persistance et la résistance de son essence.

D’autres projets intéressants des deux artistes sont aussi à découvrir sur leur site internet, comme le projet Le cercle fermé, qui présente des visions fantasmagoriques d’intérieurs d’appartements haussmanniens.

feipel-bechameil.lu

 

Un Monde Parfait

Pavillon de l’Arsenal
21 boulevard Morland
75004 Paris

du mardi au samedi de 10h30 à 18h30 et le dimanche de 11h à 19h

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *