Julia Jacklin

La pop-folk délicate de l’artiste Australienne émeut dès la première écoute. Avec sa voix berçante et son yodel de velours, elle narre le fil ténu qui relie la bulle de l’enfance au monde adulte. Puisant ses ressources tant auprès de Léonard Cohen, Fiona Apple que Father John Misty, elle parvient, en un an à peine depuis son premier opus, Don’t Let The Kids Win, à gagner en émancipation et en rugosité.

Avec des arrangements bien plus électriques qu’à l’accoutumée, Eastwick, extrait d’un nouveau 7″, « Eastwick / Col Caller », à paraître le 15 septembre prochain chez Transgressive Records / Pias, offre une mélodie éthérée, aussi fondante et acidulée qu’une bouchée de glace citron en pleine canicule.

Sensuelle et désabusée, une place de choix est laissée au charisme apaisé de Jacklin, qui émeut par la douceur d’une mélodie qui deviendra, sans nul doute, l’un des hymnes de votre romance de l’été.

Enregistrer

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *