Les prémices :

La première fois qu’on a entendu parler du projet GENER8ION, c’était l’année dernière lors de la sortie du clip « The New International Sound Pt. II » : une collaboration entre GENER8ION (Benoît Heitz alias Surkin) et MIA.
Rappelez-vous, des nombreux plans avec vue plongeante sur plus de 30 000 « élèves-combattants » réunis dans l’une des plus grandes écoles chinoises de combat du pays et réalisant au millimètre près la même chorégraphie martiale.
Allez, revoici le clip :

De ce clip se dégageait une sensation d’écrasement et de domination parfaitement maîtrisée mais avec toujours ce ressenti que la société chinoise n’en restait pas moins fragile et encore fermée sur bien d’aspects sociétaux…

Derrière cette structure de montage et cette problématique de scénario au cœur de la démesure chinoise, un réalisateur : Romain Gavras que l’on connaît notamment pour les clips de : « Signatune » (Dj Medhi), « Stress » (Justice) / « Bad Girl » (MIA)…


L’aventure expérientielle :

GENER8ION c’est donc de la musique, mais ne pas retenez pas que cet aspect car vous passeriez à côté de sa véritable identité ! Il s’agit avant tout d’un véritable projet pluridisciplinaire soutenu par un sacré panel de créatifs. Chacun des membres (voir ci-dessous) y apporte son talent créatif et c’est ainsi que l’approche artistique globale devient unique en la matière.

Pour ce début d’année 2016, GENER8ION revient donc avec plusieurs projets dont le premier que nous avons eu dans les mains : Unite or Perish.

1ère zone expérientielle : Le magazine Unite or Perish

1_Cover Unite or PerishUnite or Perish – (Nom Masculin & Féminin)
Etymologie : du latin ūnītus, association d’individus hautement créatifs

Définition / Présentation :

Nouveau magazine photographique de 128 pages traduit en Anglais et en Japonais, se situant à la pointe des créations contemporaines et restituant les différentes visions artistiques /radicales de ses auteurs.

Débutons par le naming de ce nouveau projet éditorial proposé par GENER8ION. L’idée de la dénomination « Unite or Perish » provient d’une photo présente dans les notes du second album d’Ice Cube : « Death Certificate » (1991). On retrouvait donc Ice Cube, journal à la main (le « The Final Call ») avec le titre « Unite or Perish » en premier plan. Une approche qui évoquait un message politique et communautaire autour de l’Amérique noire.

Ice cube - Unite or Perish

Aujourd’hui loin du message politique, c’est bien plus l’aspect communautaire et artistique qui est retenu. À la prononciation du mot « Unite », la sonorité et le mot « unité » est lâché. La simplicité même de ce raisonnement apporte tout son sens à la conception et à l’esprit même de ce nouveau magazine souhaité par Benoît Heitz alias Surkin.

Si unité créative il y a, considérez alors Unite or Perish non pas comme un magazine mais comme un support artistique dans lequel la photographie se place comme unique vecteur d’information.

De cette considération comme objet d’art (« Curated by Surkin »), le sens et le concept de cette création seraient très certainement une bonne base d’approche pour s’immerger dans ce que représente ce nouveau magazine.

Bien qu’ayant très peu de cartel de présentation et d’information concernant les photographies présentées au sein de ce magazine, la base éditoriale quant à elle se veut à l’avant-garde en tâchant de retranscrire les approches et les visions créatives de son temps dans différentes thématiques : Graphisme, Photographie, Musique…

Quelques visuels de l’objet artistique : Unite or Perish

The New International Sound

Unite Or Perish

Romain Gavras - Page

Qui se cache donc derrière le panel de créatifs participant à cet ouvrage ?

Un zoom s’impose sur la fine fleur créative :

  • M.I.A : que pourrait-on dire davantage ? Une grande artiste de notre temps.
  • David Rudnick : graphiste américain dont les réflexions et analyses personnelles sur son métier et notre époque contemporaine (internet, environnement sociétal, esthétique visuelle pauvre…) devrait davantage être entendu tout comme Yorgo Tloupas, autre directeur artistique …
  •  Julien Dossena : directeur artistique de Paco Rabanne depuis 2013 et d’ailleurs Président du jury Mode pour la 38e édition du festival international de mode et de photographies à Hyères en Avril prochain.
  • Gaspirator : illustrateur qui n’est tout autre que ce cher Gaspard Augé de Justice ayant toujours un amour pour les créations graphiques…
  •  Paris, IL : un projet musical porté par Guillaume Berg et Virgil Abloh dont le désir est d’apporter la culture de club underground au public sous forme de mixtapes à écouter sur leur page Soundcloud.
    Pour la « petite » info, Virgil Abloh est le créateur de la marque de streetwear Off-White et est le directeur créatif de Kayne West en personne.
  • le collectif suisse ARMES : un collectif suivi de près par le label Bromance puisque l’on retrouve des projets autour de la musique avec le producteur Sebb Bash par exemple mais également avec une présence dans le graphisme et la mode dans des collections très limitées…
  •  Partel Oliva : le directeur de l’image Kenzo qui a travaillé sur des projets passionnants en terme de « branding expérientielle » autour de la marque…
  •  Jackson Fourgeaud : musicien et créateur du projet : Jackson and His Computer Band.

Jackson - Steelwave

Lorsqu’on cite Unite or Perish d’avant-garde, c’est à l’image de ce papier « STEELWAVE » signé Jackson de Jackson and His Computer Band. Un projet conçu comme une performance artistique résolument ancré dans l’innovation musicale et apparaissant à la frontière de l’art contemporain.

Présenté en début d’année 2015 au sein même d’une des plus grandes galeries d’art contemporain (Kamel Mennour) à Paris et lors d’une soirée durant le solo show de Daniel Buren « AU FUR ET À MESURE », Light Metal Music fut l’un de ses projets les plus riches en terme de création.

Projet élaboré pendant plus d’un an en collaboration avec l’IRCAM : (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique – Paris), Jackson nous plonge dans sa représentation futuriste de la musique et cela débute par la conception même des instruments : des contrôleurs toujours aussi fascinants qu’énigmatiques, des boîtes de métal vibrantes jouant avec les aléas de la lumière présente dans la pièce, un objet à deux cordes que l’on ne pourrait nommer… Ah si, le « steelwave » !

Jackson Instrument

« Steelwave » by Jackson.

Pas aussi futuriste que le « steelwave » mais voici un format vidéo pour s’accaparer plus de ressentis :

Vidéo Réalisation Erwan Lameignère

Unite or Perish rejoint donc cette catégorie de fanzines/magazines (Dogme, ToiletPaper, Too Much, Marfa Journal…) qui n’ont pas pignon sur rue mais dont la saveur apparaît comme exclusive et regorgeant d’univers artisitique.

Force est de constater que le format papier dans cette catégorie précise remporte bien des suffrages et n’est pas prêt de s’arrêter pour notre amour de la Culture.
On s’attend donc à retrouver « le précieux » du côté des librairies parisiennes OFR, Le Monte en l’air, LO/A Library of Arts, ou encore le bookshop d’Yvon Lambert … mais en attendant, vous pourrez l’acquérir par ici : GENER8ION  mais également en édition limitée au sein de cette 2ième zone expérientielle offerte par GENER8ION : la galerie Red Bull Space.


2ème zone expérientielle: GENER8ION expose à la galerie Red Bull Space

Qui dit lancement d’un nouveau magazine dit événement !

Et loin d’être éphémère avec une seule soirée médiatique en terme de lancement, GENER8ION s’associe donc à la Red Bull Space Galerie (12 rue du Mail – 75002) pour délivrer une exposition autour du magazine Unite or Perish. Un rendez-vous jusqu’au 13 Mai 2016 ! L’envie et la curiosité nous ont bien évidemment happées pour participer à la soirée de vernissage qui avait lieu Vendredi 4 Mars dernier.

La galerie 12 Mail – Red Bull Space consacre des expositions autour de la photographie, du graphisme et de la musique depuis plusieurs années.

On se souvient par exemple de l’exposition du photographe américain Alessandro Simonetti venu partager en photo ses rencontres avec Raymond Pettibon, Larry Clark…, l’exposition de l’artiste ShoboShobo avec ses dessins et son approche graphique hautement reconnue dans le milieu, l’exposition de Jarvis Cocker (ex leader du groupe Pulp) qui présentait une réflexion sur l’immatérialité du succès à travers des disques d’or façonnés à sa manière…

Galerie Red Bull Space

Rien de plus naturel donc, que de retrouver l’univers GENER8ION et son panel de créatifs venus exploiter à leur tour les murs de la galerie et ce à travers quelques (maigres) installations exclusives. Pas réellement d’œuvres mais plutôt une ambiance, une immersion qui se veut comme un complément du magazine Unite or Perish.

Pas de cartel présent durant cette une exposition mais voici ce que l’on a découvert :

  • Sur le mur présent à gauche de l’entrée on retrouve la vision graphique du monde vu par David Rudnick: « We Will Endure – We Will Remain ? »

GENER8ION - David Rudnick

 

  •  Puis l’immersion dans cette espace totalement repensé par rapport au magazine :

GENERATION - Galerie Red Bull Space

Création Paco Rabane - GENERATION - Galerie Red Bull Space

Une création réalisée avec Julien Dossena, directeur artistique de la maison Paco Rabanne.

Un vêtement une pièce à mi-chemin entre la robe et une veste. Un brin rétro-futuriste-minimaliste qui au fil de ses glissières dévoile une nouvelle silhouette et change la structure du vêtement en lui même. La maille côtelée dessine les lignes d’un corps sans féminité, d’un être asexuel assumé. On trouve le goût du détail, un beau façonnage et une connaissance de la silhouette féminine. Une pièce faussement sage pour une femme qui a du goût.

GENER8TION - Benoît Heitz

Benoît Heitz alias Surkin, porteur du projet GENER8ION.


3ème zone expérientielle : Quand le sonore dissout la temporalité – EP G3N003 –

En créant GENER8ION, l’objectif pour Benoît était de pouvoir mettre à jour d’autres formes créatives que la musique car « l’appellation Surkin » avait déjà dépassé bien des frontières dans l’univers musical.
« Produire de l’artistique » dans différents domaines, que l’on soit plasticien, musicien, écrivain, paroissien ? … c’est une approche avec des problématiques, des réflexions qui se veulent souvent très proches et c’est cette idée même que met en évidence aujourd’hui Benoît à travers l’ensemble des projets qu’il nous offre et dont nous vous avons exposés.

Pour autant, on en revient forcément au sonore lorsque l’on parle de GENER8ION et c’est avec plaisir qu’on s’est écouté le énième cadeau délivré : l’EP G3N003 qui vient tout juste de sortir sur le label Bromance Records.

EP Gener8tion - Cover

On s’offre alors 6 titres dont le premier « H808 » agit comme une ouverture et comme si l’on ouvrait la première page de couverture de Unite or Perish. Un tempo maîtrisé qui nous prépare pour les titres suivants.
Sur cet EP, nous sommes résolument dans une approche club, expérimental, jusqu’à ce que l’on tombe sur le 3ième titre « Bolin » qui nous dévoile l’influence des productions rap assez « lourdes » et entêtantes qu’apprécie Benoît. -> A écouter par ici sur SoundCloud.

On commence alors à rentrer dans le système de l’EP G3N003, puisque ce n’est pas si bien dire, le 4ème titre se nomme « SYSTEM » et offre l’assise d’une l’électro lourde et futuriste.
Pour notre plaisir de le retrouver, on poursuivra sur une collaboration avec Brodinski, « Duswtun », qui elle aussi fait une belle part à la maitrise sonore que l’on lui reconnaît.
Enfin, on terminera par «Eyeshield », morceau plus « dance-club » des nineties et avec une approche disons plus «flex».

Un EP qui mélange donc la musique club et du rap tout en flirtant avec la chicago house et une musique plus industrielle. Un mélange qui offre à l’EP G3N003 un côté mystérieux autant que son propre nom. Difficile à classifier, ce sont la recherche et l’expérience qui priment. L’art est une recherche continuelle…

Sorti Vendredi dernier, le 4 Mars, sur le label Bromance Records, on pourra le retrouver en digital par ici : Itunes – EP G3N003  mais également en vinyle édition limitée à 500 ex. via sur le shop internet de The Vinyl Factory , célèbre magasin de disque londonien non loin de Carnaby Street …)

Bonne découverte !

Vous aimerez aussi

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *