a

Il est arrivé un croissant à la main, pull rose, blouson aviateur et Converses. Le garçon, qui a déjà une tournée européenne et US au compteur, a réussi à renouveler une pop anglaise à l’étendard plutôt en berne. Sa voix  grave, reconnaissable entre toutes, achève de faire fondre son auditoire.

Les mélodies de son premier opus Cut & Paste, pop-rock, à la plume lyrique, sont addictives, non pas comme un bonbon trop sucré, plutôt à la manière d’un coup de foudre dont on ne parviendrait pas à se remettre. On était fait pour s’entendre, en somme. Entretien.

Combien de temps t’a t’il fallu pour peaufiner ton premier album ?

 Ça a duré trois ans. J’ai écris les chansons, et puis, petit à petit, j’ai pu les enregistrer, à 50% à la maison, et à 50% en studio. J’ai voulu conserver, en particulier, la couleur du son, celui de chez moi, en fait.

J’ai lu dans plusieurs journaux, à propos de toi, « producteur londonien de musique pop de chambre ». C’est donc comme ça que tu bosses, dans ton lit, entouré de ton ordi, et de tes affaires ? Comment tu t’organises pour composer, sans craindre l’ire de tes voisins ?

 Oui, j’ai enregistré pas mal de chant depuis mon lit, tout en sachant que j’ai un bureau, de l’autre côté de la pièce, avec les guitares et le reste. J’essaye de faire la musique de jour, et les voix la nuit. D’ailleurs, on dit que le cerveau fonctionne bien mieux le matin…

Surtout quand on a pas pris une cuite la veille…

(rires) ça me fait penser à une chanson, qui n’est pas dans l’album, et que j’ai composée le jour de Noël, après avoir pas mal bu…Je suis rentré de chez mon pote, et je l’ai enregistrée. Première fois que je faisais ça, et elle était plutôt cool!

Est-ce que ça t’arrive de faire de bonnes rencontres pendant tes concerts, par exemple professionnelles ?

 Il y a tellement de gens avec qui je voudrais travailler…Je pense que le meilleur, c’est surtout quand les gens ont vraiment aimé le concert, et te le font savoir: ça fait plaisir parce que parfois, tu ne le sais pas du tout!

 

4

Pourquoi ce titre, « Cut & Paste » ? Cela a été difficile à trouver ?

 C’est un titre qui renvoie à mon enfance. Déjà, à huit ans, je faisais des collages à partir des magazines de ma mère. Ensuite, à l’école d’art (St Martin’s School, ndla), j’étais très intéressé par tout ce qui renvoyait à cette technique. Cela renvoie au processus de création et d’enregistrement de la musique, je trouve, maintenant que pratiquement tout est fait avec un ordi. Littéralement, tu fais « copier/coller »!

Pour trouver le titre, j’avais fait une longue liste, et j’avais du mal à me décider. Et puis « Cut & Paste » est apparu comme une évidence.

Quelle est la ligne directrice de ton album ?

Je pense que cet album est une sorte de journal, sur lequel tu reviens plus tard en te disant « ok, intéressant, ce jour là a été comme ceci, j’avais ressenti ça ». Les chansons sont comme un document sur ma vie et la découverte de soi. Tu sais, je suis en train de grandir, c’est fou: je sais que ça arrive à tout le monde, mais on le vit tous différemment.

Je pense à ton titre « Beautiful words« : en tant qu’artiste, tu te considères comme un poète, la voix des cœurs brisés, ou plutôt comme un militant ?

Mes textes suivent le fil de ma conscience, de mon quotidien, mon intimité. Du coup, je te dirais qu’être la voix des cœurs brisés, ça me convient bien.

Qu’est ce que ça fait de tourner aux côtés de Bloc Party? Tu arrives à les voir comme un pur professionnel, que tu es désormais ?

C’est dingue! Je me souviens avoir assisté à un concert de Bloc Party quand j’avais seize ans, à la Brixton Academy, et je me suis quasiment évanoui: il faisait tellement chaud!

Je pense que je les vois en tant que professionnel mais aussi en tant que fan: ado, on ne parlait que d’eux à l’école…

J’ai écouté ta mixtape, réalisée pour OKI-NI sur Mixcloud! Tu es branché rap 90’s, Mobb Deep, Lord Finesse, et cie ?

Ah tu l’as écouté, c’est cool! ça m’a pris du temps de la faire…Oui, j’aime bien les grosses productions hip-hop, d’ailleurs j’ai emprunté des samples de rap.

C’est avec ton titre « Never told you » sorti en 2013 en stream qui t’a lancé. C’était un choix stratégique de révéler ta musique en ligne, et non via une maison de disques ?

C’était un test, une expérimentation. J’ai voulu savoir ce qui allait se passer, si les gens allait remarquer mon son. J’avais un ami qui avait commencé la musique comme ça, alors je me suis lancé.

Quelles sont tes principales sources d’inspirations ?
Toute personne qui s’exprime d’une manière sincère, inédite, unique. Je pense à Andy Warhol, Richard Allen, tous ces gens aux idées bien à eux, dont l’originalité a un impact.

andy

 

Qu’est ce que tu apprécies le plus dans le fait de poursuivre une carrière dans la musique ?

Voyager, c’est génial, et aussi jouer devant tant de gens différents. Rencontrer d’autres musiciens, découvrir de nouvelles chansons…

Comment tu fais pour gérer le stress avant un concert ? Tu picoles un coup ? Attention, des enfants lisent cette interview !

 Je suis plus énormément enthousiaste que stressé. Je prends le temps de respirer un grand coup, d’avoir un moment à moi. Je ne bois jamais avant un concert, ça me stresse plus qu’autre chose!

 c

 À quel point la musique fait-elle partie de ta vie ?

J’y pense tout le temps, à chaque seconde. Comment vais-je faire ceci, cela, il faut que je finisse cette chanson…Mais j’aimerais tellement avoir le temps de lire plus, faire un tour en galeries…

Parfait, ça tombe bien, puisque pour finir, je t’ai apporté des reproductions d’œuvres d’art. Pour mémoire, on attribue à Platon le dicton suivant: « on en apprend plus sur quelqu’un en une heure de jeu plutôt qu’en une année de conversation ». Donc, je te laisse en choisir deux et me les décrire en trois mots…

 Jean-Michel Basquiat, Slave Auction : audacieux, naïf, à la composition enrichissante

Paul Gauguin, Le Cheval Blanc :  doux, psychédélique, rêveur

Oscar « Cut & Paste » [PIAS] / En concert le 6 octobre 2016 au Badaboum (courez-y).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *