Kirilik : la renaissance d’un génie bulgare

Figure de proue de la scène électronique bulgare, voire est-européenne, KiNK s’est forgé une réputation à toute épreuve au cours des dernières années : sound-designer de génie, auteur de nombreux tracks et remix repris dans les sets des plus grands, et hôte d’un des plus fous Boiler Room jamais publié.

C’est avec plaisir qu’on découvre chez lui une envie de nouveauté, puisqu’il adopte désormais un nouveau nom de scène pour un tout nouveau projet : Kirilik. Son premier titre vient de sortir sur le label Figure, fondé par Len Faki, lui aussi précédé par sa réputation.

Le producteur publie donc un premier titre qui servira de vitrine, en rappelant la partie la plus clivante de son oeuvre. C’est en effet au travers d’un genre frénétique proche de la techno qu’il choisit de se présenter à nous. Pas pour toutes les oreilles, certes, mais digne d’intérêt compte tenu de l’artiste. Allez savoir, peut-être tomberez-vous sous le charme. Ah oui. C’est la « Slow Version » que vous allez entendre.

Dans le même genre, vous pouvez regarder la dernière vidéo de KiNK sur sa chaîne Youtube personnelle, qui doit probablement s’inscrire dans une version très actuelle de son travail, et donc proche de ce qu’il couve ces temps-ci.

Album cover : Copyright KiNK/Kirilik & Figure

more

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*