LacatonVassal1

Suite à un manque de place, un concours est lancé pour construire un nouvel édifice dédié à l’enseignement de l’architecture à Nantes. Ce dernier prendra place sur la ZAC de l’île de Nantes, sur les bords de Loire. Ancienne zone industrielle, le quartier est alors pensé dans son ensemble afin qu’il devienne quartier connecté au reste de la ville.

Lacaton & Vassal, qui viennent de terminer la réhabilitation du Palais de Tokyo de Paris, gagnent ce concours, en dessinant un bâtiment proposant 30% de surface de planchers de plus que ce que le programme exigeait, tout en rentrant dans le budget. Ils sont alors très influencés par les grands volumes du centre d’art parisien, qui permettent, selon eux, d’ouvrir le champs des possibles quant à la créativité des artistes.

LacatonVassal2

LacatonVassal3

Guidé par cette expérience spatiale, les deux architectes souhaitent créer une école d’architecture d’un nouveau genre : un bâtiment proposant de grands volumes, connectés à la ville et au nouvel urbanisme nantais. De plus, la notion de flexibilité entre également en jeu afin que les étudiants puissent moduler leur espace de travail et l’adapter au gré de leurs besoins.

Pour cela, les deux architectes, connus pour leur économie de moyens, mettent en place une superstructure en béton créant alors 3 plateaux, séparés au minimum de 7 mètres les uns des autres. Une structure en acier prend alors place et vient créer les espaces, plus intimes, abritant les éléments du programme comme la bibliothèques, la salle informatique ou encore les salles de cours.

LacatonVassal4

LacatonVassal5

Cette double structure permet d’abord de dégager de grands espaces largement ouverts sur l’extérieur – au moyen de grands panneaux en polycarbonates visibles en façade –  et d’autres espaces, plus banals et à la température gérée plus aisément.

L’autre voeux des architectes était que l’école soit complètement ouverte sur la ville afin que les promeneurs puissent y entrer et découvrir un métier ou des études, qui lui sont parfois méconnus. Pour cela, le bâtiment s’implante directement sur le sol naturel et le sol du rez-de-chaussé est composé de bitume : on a alors la sensation que l’intérieur de l’école est une continuité du trottoir (magie).

De plus, une grande rampe prend place autour de l’édifice et nous amène à un grand espace libre sur le toit terrasse d’où l’on peut profiter d’une vue panoramique à 360° sur Nantes et la Loire : l’école d’architecture devient alors une véritable place publique.

LacatonVassal6

LacatonVassal7

A l’heure où, pour une grande majorité de personnes, l’architecture se résume à « l’objet architectural », Lacaton & Vassal nous apprennent, à travers l’Ecole d’Architecture de Nantes, que l’architecture peut être un dispositif, une expérience spatiale. En effet, depuis son ouverture, même si plusieurs défauts (peut-être en terme de confort thermique) perturbent le système, ces grands volumes permettent aux étudiants de vivre et d’organiser leurs études avec une grande liberté. Ainsi, l’école et le BDE organise divers grands évènements (comme archiculture ou ATK2014), possibles grâce à cette structure et les grands volumes disponibles.

 

Pour suivre le travail des architectes, c’est par ici

Crédit photos : Lacaton et Vassal / Philippe Ruault

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *