Que ce soit sur du papier, des tee-shirts ou d’autres supports, Laurianne Poirier aime dessiner. En plus de collaborer avec des organismes de renom, l’illustratrice et sérigraphe montréalaise est devenue auto-entrepreneure il y a un peu plus d’un an avec la création de l’atelier Gymnase. Rencontre avec un esprit créatif plein de ressources.

Laurianne Poirier

Gymnase : le désir de fonder une communauté

À l’image du gym, Gymnase propose des abonnements à la journée, à la semaine, au mois et même des résidences afin de rompre l’isolement des artistes, des travailleurs autonomes et de rendre la sérigraphie accessible à tous.

En fait, Laurianne Poirier a toujours voulu être entrepreneure, avant même de savoir qu’elle serait artiste. C’est pourquoi, quand elle termine ses études en design graphique, elle se dirige naturellement vers le travail à la pige. Très vite pourtant, la situation ne lui semble pas si épanouissante. « Il y a une vraie solitude dans le fait d’être autonome ; en plus la sérigraphie demande beaucoup d’équipement et de logistique qui ne sont pas faciles à mettre en œuvre dans un appartement montréalais !», confie l’artiste.

L’artiste avoue également avoir ressenti de la nostalgie par rapport à l’école, une nostalgie du temps où elle pouvait être conseillée et partager ses opinions. Elle a alors l’idée de recréer cette ambiance de partage et de collaboration dans un local pour les artistes. Afin d’affiner son projet, elle prend des cours au SAJE de Montréal, ce qui l’aide à démarrer son entreprise et réaliser un plan d’affaire solide. Quelques achats d’équipement et la location d’un local plus tard, Gymnase était né.

Laurianne Poirier

« Au départ l’idée de Gymnase était d’arrêter de travailler tout seul, chacun dans notre coin et de construire une mini-communauté éclectique et vertueuse », commente-t-elle. Et le pari semble réussi ! Aujourd’hui, un peu plus d’un an après sa création, l’atelier compte plusieurs artistes résidents – des graphistes, des peintres ou encore des couturières comme Pier-Nicolas Riou, Sarah Marcotte-Boislard, Conifère ou Ge L’Heureux –  qui côtoient d’autres esprits créatifs venant de manière plus sporadique.

Laurianne Poirier

Bravo, la chienne de Laurianne, fait aussi partie de la gang de Gymnase.

Une fille de listes et un univers à part entière

Mais revenons-en à l’artiste. Laurianne Poirier travaille de façon très méthodique, à base de listes, « plein de listes, des listes de listes ! », relève-t-elle en souriant. Tout commence par un désir de créer, elle répertorie alors ce qu’elle souhaite dessiner, puis part à la recherche de tableaux de la Renaissance qui pourraient se rapprocher de ce qu’elle a en tête afin d’étudier la position des corps lascifs et opulents.

Car la jeune illustratrice dessine des corps, surtout des corps de femmes, généreux, pleins de courbes et de formes. L’artiste représente également de nombreux visages ronds avec une multitude de détails ; poils de barbe, rides, tâches de rousseur. Elle utilise des couleurs dans ses dessins, deux ou trois au maximum, le plus souvent dans les tons doux et pastels pour des illustrations tantôt délicates, tantôt plus affirmées.

Laurianne Poirier

Laurianne Poirier illustration

Une profusion de projets

Si en 2016 Laurianne Poirier s’est beaucoup consacrée au développement de Gymnase, elle souhaite cette année travailler davantage sur ses projets personnels. Ainsi, elle participe présentement à l’exposition collective ÉES qui rassemble douze jeunes Montréalaises évoluant dans le milieu de l’illustration, chacune devant réagir graphiquement à un court poème de l’auteure Garance Philippe.

Laurianne Poirier : l’illustratrice-sérigraphe créatrice de communauté

Laurianne Poirier : l’illustratrice-sérigraphe créatrice de communauté

En plus d’appuyer les artistes émergents grâce à Gymnase et d’être maintenant représentée par la prestigieuse agence Anna Goodson, Laurianne Poirier lancera prochainement « sober gang », un projet collectif qui vise à promouvoir le bien-être notamment chez les artistes. « On a souvent cette image de l’artiste torturé qui va à pleins de partys, boit beaucoup etc… Or ce n’est pas une fatalité ! explique l’illustratrice. On peut être aussi créatif en ayant une vie plus saine. »

Le « sober gang » est destiné à être à la fois une boutique en ligne de chandails sérigraphiés, et un vlog qui offrira des conseils pour acquérir des habitudes de vie saines par l’entremise de courtes vidéos avec des professionnels – naturopathes par exemple – ou des portraits d’artistes ayant un mode de vie sain.

–» Si vous avez envie de vous lancer dans la sérigraphie, de faire un petit coucou à Laurianne ou encore d’acheter les créations des artistes de Gymnase : site web | facebook

–» Pour en savoir plus sur l’univers graphique de Laurianne Poirier : site web | facebook | behance

Laurianne Poirier : l’illustratrice-sérigraphe créatrice de communauté

quebec illustration

Laurianne Poirier : l’illustratrice-sérigraphe créatrice de communauté

Laurianne Poirier l’illustratrice

Laurianne Poirier : l’illustratrice-sérigraphe créatrice de communauté

illustratrice montréal

illustratrice montréal

illustratrice montréal

illustratrice montréal

illustratrice montréal

illustratrice montréal

illustration cheval rose

brique

Enregistrer

Vous aimerez aussi

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *