L’univers déjanté de la photographe montréalaise Ariane Proulx, dite Ari Pop, peut difficilement laisser le spectateur indifférent. L’artiste originaire de la rive sud de Montréal sait se démarquer à travers ses photographies qui aspirent avant tout à laisser transparaitre la force émotionnelle de ses sujets.

C’est dès l’âge de 11 ans qu’Ari Pop se met à la photographie. Comme bien des enfants, elle prend plaisir à se déguiser. Ce n’est cependant pas n’importe quel individu qui aurait l’audace, en grandissant, de faire de ces banalités propres à l’enfance une démarche artistique. C’est pourtant ce que réalise avec brio la jeune photographe de 18 ans, qui se met souvent en scène dans ses œuvres, arborant des parures de toutes sortes. Cela témoigne de la volonté de l’artiste d’utiliser le médium photographique comme un terrain de jeux où « les folies propres à l’enfance peuvent être revécues de façon légitime » selon ses propres mots.

Ari Pop

« Depuis que je suis enfant, j’adore me déguiser. Je faisais des spectacles spontanés dans les réunions familiales où je dansais, vêtue de costumes différents », explique-t-elle. Tantôt légères, ludiques ou romantiques, tantôt lourdes d’une rage contestataire, les œuvres d’Ari Pop permettent de véhiculer un spectre d’émotions aussi vastes que sincères. Bien que généralement, l’artiste fasse usage de mises en scènes dans ses œuvres, c’est pourtant une atmosphère emplie d’émotions bien réelles qui se dégage de son travail.

« Si je pouvais résumer l’objectif de mon travail en une phrase ce serait : créer une expérience qui me permet de constater la subjectivité de l’humain. Quand on est contraints à la même expérience, on réagit tous de façon complètement différente. Avec la photographie, j’aime permettre aux gens de briser les conventions de leur quotidien en s’exposant émotivement sous un angle complètement inédit, confie la jeune photographe montréalaise. Ça me fait triper de pouvoir y déconstruire ma perception des gens que je connais déjà, qui sont proches de moi. De voir à quel point ils sont différents quand ils apprennent à lâcher leur fou. Ça doit immuniser le cœur de céder complètement à la folie. C’est thérapeutique. Et c’est pourquoi mon travail est très impudique, je crois. »

Ari Pop

À l’aube de l’âge adulte, la jeune artiste est déjà dotée d’une maturité et d’une intelligence qui se reflètent dans son travail. L’assiduité avec laquelle elle crée sans relâche, sachant combiner le tragique et le comique comme s’ils allaient naturellement de pair, est probablement ce qui nous impressionne le plus chez elle.  « Je pense que c’est important de nourrir tous ensemble l’imaginaire collectif. On cherche à crier, à déstabiliser les atmosphères, à cracher sur les normes et à faire survivre en quelque sorte notre essence, explique-t-elle. La créativité est un atout important aujourd’hui. Elle nous permet de déconstruire ce qu’on connait, de voir différentes avenues à un problème et de ne pas toujours aborder les situations de la vie d’un point de vue essentiellement pragmatique. »

Ari Pop

Peut-être est-ce cette volonté de déconstruire nos certitudes qui prête aux photos d’Ari Pop l’aura de mystère qui les imbibe ? Certainement, puisqu’Ari Pop n’a pas fini de nous surprendre. En jetant un coup d’œil à ses différentes plateformes web, on constate rapidement que la photographe est très prolifique. Il nous faudra ainsi rester alerte quant aux nouveautés sur son site web et sa page Instagram afin de découvrir ses prochains projets.

Vous pouvez suivre Ari Pop sur Instagram et Tumblr.

Ari Pop

Ari Pop photographe

Ari Pop

 

couple Ari Pop

quand tu vas faire les courses mais que tu es bourré

portrait photo

Ari Pop polaroid mamie photo collage Ari Pop

Ari Pop

Ari Pop

Enregistrer

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *