On a résumé 2017 en une playlist de 105 morceaux

 

A quoi doit ressembler la bande originale d’une année? La même question nous taraude chaque mois de décembre depuis maintenant 2013, année où on a commencé à rassembler les cent morceaux qui nous ont marqués. Mais une seule constante persiste, cent, ce n’est jamais assez. Et c’est plutôt bon signe pour la bonne santé de l’industrie musicale et tout ce qui s’y est passé en 2017, on fait le bilan ensemble. (illustration en une: Michael Cina)

 

LE RAP C’EST LA POP.

A force de sortir des albums collaboratifs et des mixtapes dans tous les sens à un rythme hyperactif, le rap est enfin passé devant le rock en tant que genre le plus écouté en streaming au USA. Une annonce qui fait se gratter les cheveux à bon nombre de producteurs pop, qui doivent se mettre à réfléchir à de nouvelles façons de sortir leurs morceaux, voire à s’aligner sur la façon de faire du rap, maintenant partout. Partout et dans tous les genres, on a vu cette année les barrières des genres tomber en mettant en avant de nouveaux croisements, qu’il s’agisse du rock avec Ho99o9, de l’emo avec Lil Uzi Vert ou carrément pop avec Lil Yachty et Aminé. Une vague qui ne s’est pas arrêtée aux frontières, on compte aujourd’hui nombre d’artistes décomplexés de la domination américaine, comme en Chine avec Higher Brothers, en Indonésie avec Rich Chigga. En France, PNL, DAMSO,  JUL et MHD remplissent les salles et s’affirment comme des icônes populaires pour la jeune génération, que les puristes le veuillent ou non.

 

 

LES MEDIAS SPÉCIALISÉS, PARTOUT URL, PARTOUT IRL.

Si nous vivons un nouvel âge d’or grâce au streaming, il faut aussi donner du crédit aux médias web qui ont évolué en même temps, affiné leurs plumes et proposé des formats ambitieux: ils s’appellent Yard, OKLM, SURL, NoFun, 2HIF…Et ont creusé de nombreux sujets de fond, on se souvient de l’annonce du décès de Lil Peep, l’occasion d’évoquer la question de la dépression dans un genre où l’on n’en parle encore qu’à demi mots. Deux bonnes analyses complémentaires sur le sujet sont à lire ICI, et ICI. En dehors de la lecture, on vous recommande évidemment d’aller aux soirées de ces médias, pour prendre le pouls de ce qui se fait de mieux en France.

 

 

(Crédits photo: Oujiz & Yoann Guerini pour Yard)

 

OÙ SONT LES FEMMES? LÀ POUR RESTER.

Que le rap devienne le genre le plus populaire n’étouffe pas les voix féminines tous genres confondus, au contraire. 2017 a vu l’émergence d’artistes représentatives de la forte diversité de son public: Cardi B et Clairo aux Etats Unis, Sabrina Bellaouel et Chloé en France, Bad Gyal en Espagne, Stefflon Don ou Or:La en Angleterre…Une élévation des voix que l’on ne peut pas dissocier de la prise de conscience collective sur le traitement des femmes dans cette industrie, et ses initiatives en réponse: évidemment #metoo, mais aussi She Said So en France, Music Herstory ou le festival Comme Nous Brûlons. Des espaces d’expression indispensables pour faire évoluer le dialogue, dans un secteur où on ne leur laisse pas encore assez de place.

 

(Crédits photos: Bad Gyal par Quentin Collas pour Bon Esprit)

 

Avec tout ça, on en oublierait presque qu’on parle avant tout de musiques, de ceux qu’on attendait depuis longtemps comme les albums de Darius ou Unno, ceux revenus d’entre les morts comme N.E.R.D, ceux qui exploseront l’année prochaine comme Nelick, Joji ou Shay Lia et ceux partis d’une blague devenus des hymnes grime grâce à internet comme Big Shaq. 105 morceaux pour résumer tout ça c’est trop peu, on vous l’a dit.

N’oubliez pas de vous abonner à la playlist si vous ne voulez pas rater les nouveautés, elle est mise à jour toutes les semaines !

Suivez Eric Rktn sur Twitter

SPOTIFY:

APPLE MUSIC:

DEEZER:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*