Oui, on vous a déjà parlé de l’illustratrice dans cet article, mais c’était bien trop rapide. On s’est dit qu’il était temps d’aborder plus en profondeur son univers étrange.

Tout d’abord, Polly Nor est une illustratrice freelance qui vit dans le nord de Londres, à Kentish Town. Après un an de design graphique au London College of Communication, elle étudie l’illustration à Loughborough University. Elle en ressort diplômée en 2011.

Polly Nor n’est pas une inconnue et commence à se faire un nom dans le monde de l’illustration. Elle a déjà travaillé pour  la maison d’édition anglaise Bloomsburyg, Dazed Digital, Hunger TV, Doc Martens ou encore Complex Magazine.

Polly Nor

Le credo de Polly Nor c’est la relation de la Femme face à ses démons.
Des démons qui, dans la tête et sous les coups de crayons satiriques de l’illustratrice, semblent nous composer à 90%. Seule notre apparence humaine nous rattache à la condition qu’est la nôtre, mais sinon  on ressemble plutôt à un être rouge, nu, à deux cornes et au sourire toujours un peu pervers.
Le sexe est omniprésent dans l’univers iconographique de Polly Nor (elle-même inspirée par des mangas érotiques japonais). Il s’immisce dans cette relation entre la Femme et ce corps démoniaque, métaphore de nos peurs, nos fantasmes, nos frustrations, nos désirs. Bref, un condensé des trucs qu’on a du mal à gérer la plupart du temps et qu’on préfère souvent enfouir, mais qui refont surface tôt ou tard. Une thématique que l’artiste met à l’honneur dans la série « The devil inside« .

Polly Nor imagine souvent ses démons et ses Femmes dans deux univers bien distincts: celui de l’appartement (une chambre ou la salle de bain) et la forêt. Ces deux univers peuvent être relié tant ils sont, métaphoriquement ou non, l’évocation d’une certaine intimité ou d’un isolement. Deux endroits où seules les pensées intimes se révèlent, loin de l’obstruction du monde extérieur.

Nobody knows

A photo posted by POLLY NOR (@pollynor) on

En effet, dans les dessins de Polly Nor, aucun homme à l’horizon. Ici, c’est à la Femme qu’on s’intéresse, et à sa relation vis-à-vis de ce double démoniaque.  Une femme moderne, imparfaite, à moitié à poil, qui fait des selfies, épingle le slogan «Black lives matter» dans sa chambre, collectionne les chaussures, un poil narcissique, toujours un téléphone en train de charger dans le coin. Des dessins qui ont une certaine vocation à réveiller chez nous, à un moment ou à un autre, un sentiment d’identification.

La relation entre nos deux protagonistes, qui finalement ne font qu’un, est complexe et plurielle. Tous les stades de la relation y passent : contenue (dans une cage), étranglée jusqu’au sang, parfois sexuelle, amicale, réconfortante (No more tears over fuck boys). Poly Nor met alors en image une Femme tiraillée entre le désir de s’émanciper de ses chaines invisibles et, au contraire, celle de se conforter dans leur emprise. Tantôt en paix, tantôt en guerre, cette dualité se manifeste aussi sous la forme d’une critique de notre époque, où le paraitre prime sur l’être. Des sentiments passés sous silence qui  tissent petit à petit un être diabolique qui frétille sous notre chair et ne demande qu’à sortir.

On a aussi remarqué une petite fixation sur la kitchissime lampe lave, on n’en sait pas plus, si vous avez des infos on est preneur !

A real woman

Polly Nor

Polly Nor

Au mois de novembre, elle illustrait le clip de l’artiste Chelou (il n’y a pas de hasard). Ce clip marque son premier vrai projet vidéo. Il retrace l’escapade d’un reflet diabolique à travers la forêt où elle rencontrera des petites bêtes, voire des grosses, se confrontera à son reflet, et finira par trouver la paix intérieure (je spoil pardon).

«Halfway to Nowhere» reprend tous les thèmes propres à l’illustratrice: le sentiment d’être perdue dans la vie ou de douter de soi même, se confronter à ses démons pour faire la paix avec soi-même.

Someplace New 📗

A photo posted by POLLY NOR (@pollynor) on

Côté futur, Polly Nor a pas mal de projets sur le feu qui sillonnent un peu tous les milieux. La mode avec une collaboration avec un créateur, l’illustration d’un livre pour les éditions Bloomsbury, ainsi qu’une exposition en solo dont on est impatient d’entendre parler!

 

Pour retrouver le travail de Polly Nor :

Sur son site

Sur Instagram

Enregistrer

Vous aimerez aussi

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *