Kares Le Roy : Interview

23 janvier 2013 • Interview, Photographie

56000km_KaresLeRoy

56 000 kilomètres de terres et d’Hommes: des visages, des sourires, des yeux, des monuments, des cultures, des évènements … Kares Le Roy nous transporte à travers l’Asie grâce à des photographies humanistes, pures, vides de jugement, nous faisant simplement découvrir des lieux du monde qui n’ont parfois que très peu, voir pas du tout été photographié auparavant. Je suis peut-être un peu en retard pour vous présenter ce projet qui a déjà fait pas mal parler de lui, mais je pense que c’est tout de même utile. Ce livre, 56 000km: un continent et des Hommes, c’est l’histoire d’un artiste qui décida de quitter son continent, son quotidien, son monde, pour en visiter et en documenter un autre: l’Asie. Irak, Iran, Tajikistan, Kashmire, Inde, Cambodge, Mongolie… tant de pays visités avant de finir à Istanbul, en Turquie.

Antoine: Alors tout d’abord : pourquoi ce voyage ? avais-tu un « besoin » particulier qui t’a poussé à faire ca ? 

Kares: J’ai toujours pas mal voyagé durant ces dix dernières années. Apprenant mon métier de photographe en parallèle, j’attendais juste le bon moment pour partir le lier à un long voyage. Quand j’ai senti le bon moment, j’ai fait mon sac et je suis parti sans chercher les bonnes raisons à cela. C’est sur la route que s’est dessiné les contours de mon projet, à savoir les peuples oubliés, les cultures ancestrales qui subsistent à la mondialistation. J’ai compris bien plus tard que c’était lié avec certaines lectures et recherches que j’avais faites sur cet endroit du monde. J’ai toujours voulu connaître la beauté de l’Orient et en même temps comprendre la stigmatisation des pays arabo-musulman. C’est devenu essentiel dans mon travail et ma démarche actuelle.

Quels pays as-tu traversé, et pourquoi l’Asie ? 

Pendant 2 ans j’ai traversé une vingtaine de pays en Asie parmi les 5 sous divions du continent : Asie du Sud-Est, Asie du Sud, Asie de l’Est, Asie Centrale et Moyen Orient. J’ai voyagé un peu partout dans le monde mais pour un long voyage, mes envies se tournaient plus vers l’Asie. La diversité de cultures et de peuples y est immense. On a tendance à penser que ce continent se limite aux « yeux bridés » mais les arabes ou les perses sont des asiates.

Peux-tu m’en dire un peu plus sur ta Grand Mère des Annapurnas ?

La grand-mère au bonnet rouge qui fait la couverture de mon livre « 56 000 kilomètres – un continent et des hommes » est une népalaise. Je l’ai pris en photo durant le trek des Annapurnas en Avril 2010. Je n’ai pas vraiment eu de contact avec elle. Isolée devant sa maison, j’ai pris son portrait mais n’ai jamais trouvé quelqu’un pour m’expliquer qui elle était. Depuis elle est devenue l’égérie de mon projet. Elle représente tout ce que je recherche : la beauté sans artifice des peuples oubliés. Je retourne la chercher dans quelques semaines en esperant qu’elle soit vivante. J’organise un grand projet autour d’elle pour lui faire construire une maison. J’ai d’ailleurs fait un appel aux dons sur le site KissKissBankBank pour ceux qui veulent m’aider. Tout y est expliqué en détail. (www.kisskissbankbank.com/ma-grand-mere-des-annapurnas)

Que retiens-tu d’une telle expérience ? 

Ca fait un an que je suis rentré et j’ai à peine commencé à digerer ce voyage. Au début, j’avais surtout mille histoires à raconter. Tout se bousculait dans ma tête. J’en ai toujours autant mais je pense être plus à même de les partager. Le voyage apporte forcement une ouverture d’esprit mais il en faut aussi beacoup pour partir… Je dirais qu’en dehors de la patience liée au voyage au long cours, j’ai surtout appris à regarder cette partie du monde d’une manière différente.

Comptes-tu recommencer sur un autre continent ?

Non pas pour l’instant. Je reste concentré sur l’Asie, principalement sur le Moyen Orient et l’Asie Centrale. Je vais donc retourner en Iran et continuer a approfondir mon travail sur les pays de l’ancienne Perse dans l’année qui vient. Il y a suffisamment à faire dans cette région du monde avant de passer à autre chose. En parallèle, j’aimerais quand même pouvoir retourner en Egypte dès que possible et continuer mon approche des nubiens que j’ai commencé dernièrement. Ca reste un sujet qui me tient à coeur.

Quels sont les moments qui t’ont le plus marqué durant ton voyage ?

L’Iran, qui était le point central de mon voyage, est, et restera ce que j’ai vu de plus beau et de plus intéressant. Tant au niveau de la culture, des paysages, de la nourriture ou de l’accueil. C’était fabuleux et j’invite tout le monde à s’y intéresser. J’ai eu cependant 2 coups de coeur : Le Cachemire et le Tadjikistan. Perché sur les hauteurs du nord de l’Inde, le Cachemire est méconnu après 22 ans de guerres. J’y ai découvert un petit paradis sur terre avec, entre autre, le lac Dal à Srinagar. Là bas, le temps semble s’être arrêté! Au Tadjikistan, des matchs de Bozkashi aux Monts Fan, j’y ai découvert la source d’une culture séculaire.

Quelles ont été les entraves sur ton chemin ?

Il n’y a pas eu particulièrement d’entraves sur ma route. Certains pays comme l’Irak, que j’ai traversé peuvent paraitre compliqués mais on est souvent très surpris par ce qu’il s’y passe réellement. L’accueil est souvent beaucoup plus simple et agréable que l’on s’imagine. Les gens prennent soin de toi et veulent te protéger. Dans l’ensemble je pense que les seules choses vraiment pénibles quand on voyage, concernent l’administration, et cela pour presque tous les pays. Obtenir un visa relève souvent de la mission surtout quand on veut traverser des frontières terrestres qui sont beaucoup moins facile à franchir. J’ai perdu beaucoup de temps et d’argent là dedans, et j’ai même dû sauter par 2 fois des frontières en avion parce que je n’avais pas le choix! J’en garde de mauvais souvenirs et de la frustration..

Merci énormément Kares d’avoir accepté de répondre à mes questions !

—————–

Pour rappel, Kares fait actuellement un appel aux dons pour retrouver sa Grand Mere et Annapurnas: le projet expliqué sur KissKissBankBank

Vous pouvez également aller visiter son site web, et suivre son actualité sur facebook et twitter !

  klr_tribu-Tsaatan-Mongolie klr_tribu-Karen-Nord-Thailande klr_lac-Dal-Cachemire klr_golfe-persique-iran klr_femme-kirghize klr_Buzkashi-au-Tadjikistan klr_berger_irakien klr_bassin-d-ablutions-isfahan-iran

Kares Le Roy Kares Le Roy   Kares Le Roy Kares Le Roy Kares Le Roy Kares Le Roy Kares Le Roy Kares Le Roy  Kares Le Roy  KAres le Roy Kares Le Roy KAres Le Roy Kares Le Roy Kares Le Roy   Kares Le Roy Kares Le Roy Kares Le Roy  Kares Le Roy  Kares Le Roy  Kares Le Roy

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

One Response to Kares Le Roy : Interview

  1. Elodie dit :

    Elles sont magnifiques ces photos!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>