Que vous l’appeliez Earth Crusher, Dré ou simplement Marc-André, pour les amis, cet homme est incontestablement un incontournable de la scène artistique de Montréal.

Earth Crusher est un personnage.  Un personnage immoral créé par l’artiste Montréalais Dré. Une pure invention. Il représente le capitalisme sans scrupule, sans gêne et imbu de lui-même pour qui la TERRE représente pratiquement un investissement boursier.

J’ai eu l’idée du nom de Earth Crusher à partir de la chanson Earthcrusher  de Mr. Lif .

À travers ce personnage, l’artiste créé des œuvres destinées à faire réagir les gens de problèmes sociaux et économiques : l’exploitation de l’homme par l’homme, l’esclavage, le développement sauvage, la déforestation, la production du tabac et la liste est longue.

Earth Crusher

Earth Crusher 2013 – ©Nickie Robinson

Earth Crusher

Downtown Montreal pour @ashopcrew 2017 ©Earth Crusher

« Je pense que Marc-Crusher a pris une machine a remonté le temps tout droit des 50 s. Il est venu spy ce qui ce passe depuis pour mieux conquérir le monde quand il retournera dans son époque. L’environnement de notre époque est bien plus stimulant pour le robot capitaliste qu’il est. » – Dodo Ose
J’ai toujours été dans les arts quand j’étais jeune. Et quand j’ai rencontré des gens qui utilisaient la bombe aérosol pour peindre, je devais essayer. – Marc-André

L’artiste a commencé à peindre en 2003 sur les bords d’autoroutes, de voies ferrées et  les trains dans les quartiers ouest de Montréal. Au début, avec son ami Éric Clement qui signait à l’époque « Syphs » et leurs potes Russ Jamz and Dekoy du groupe musical de style hip-hop Side C, pour lequel Marc-André était le batteur. Seaside stroll by Side C . Il a ensuite continué à peindre sur les trains avec Hemp, Himz, Nus2 et Hazeo.

Et puis il a fait la rencontre de Five Eight (or Five8) et depuis, ils n’ont pas arrêté de peintre ensemble.

Earth Crusher

Collaboration avec Five8 / Plateau Mont-Royal ©Nickie Robinson

J’ai fortement été influencé par American Psycho de Bret Easton Ellis, Propaganda de Ed Bernays, Wall Street (le film), They Live (autre film) et  The Kids In The Hall.

Mais l’homme est loin de son personnage. Il est grandement apprécié et respecté par ses pairs.

 » Earth Crusher est le parfait alter ego de mon ami Dre. Sans considération, destructeur, colonisateur et inhumain. Tout le contraire de l’humain derrière le personnage. Je trouve que la création de EarthCrusher relève du génie. Utilisant une forme de sarcasme plus grand que nature, il arrive à créer un univers majestueux où se mélange un esthétisme unique et une critique sociale inspirante.  » – Monk.e

Earth Crusher
ArtGang MTL 06-2016 ©Nickie Robinson

 » C’est un illustrateur de niveau supérieur et il a le meilleur handstyles que je connaisse. Il excelle Dns tout ce qu’il touche: la peinture, le dessin, le hockey, le tir, le frisbee et les rencontres. Tout ce qu’il entreprend, il le fait avec succès.  » – Five8

Earth Crusher
Earth Crusher 2017 ©Nickie Robinson 

 » C’est à peu près ma personne préférée. Il est super fiable et fidèle à ses amis. En plus de cela, il a un grand sens de l’humour. C’est un réel plaisir d’être avec lui et de peindre. Et puis il aime bien en boire une bien froide avec les potes » – Five8
L’artiste compte 4 expositions solos à son actif. Sa dernière, « The Chosen One Percent » , en mars 2016 à la galerie Artgang Montréal fut un grand succès.

Earth Crusher

« The Chosen One Percent » – Photo ©Nickie Robinson[/caption]

Au fil des ans, l’artiste a collaboré avec un grand nombre des acteurs principaux de la scène montréalaise du street-art, comme A’Shop et en tant que muraliste, il a participé à de nombreuses expositions collectives ainsi qu’à plusieurs événements et festivals publics d’art au Canada.

Earth Crusher

Spraycan Art show (sport version) at ArtGang MTL 2017 ©Nickie Robinson

Earth Crusher

Spraycan Art show (woman version) at ArtGang MTL2 017 ©Nickie Robinson

Earth Crusher

Spraycan Art show (behind the can) at ArtGang MTL 2017 ©Nickie Robinson

Earth Crusher

ArtGang MTL 08-2016 – Dré avec Five8 ©Nickie Robinson

Earth Crusher

Chromatik 2015- Earth Crusher & Jason Botkin ©Nickie Robinson

« Il est à la fois graffeur, peintre et illustrateur. Dans sa main, les lignes à l’aérosol sortent puissantes, confiantes et audacieuses …  »  – Jason Botkin  (co-fondateur du projet En Masse)

Earth Crusher
Mural festival 2015 ©Nickie Robinson

Earth Crusher

Mural festival 2015 (déforestation) ©Nickie Robinson

 » Je suis toujours attiré par le travail de Marc-André. Ses créations extérieures, qu’il s’agisse de mural, de graffiti ou simplement de tag, sont magnifiquement exécutées dans un style qui lui est indéniablement propre. J’apprécie particulièrement son travail de « galerie ». Grâce à la finesse de sa technique, il réussit à pondre des œuvres léchées dont le résultat nous téléporte dans les illustrations commerciales des années 50, à une époque où les publicités étaient peintes et où la vie semblait pleine des meilleures promesses. C’est précisément ça qui me fascine dans son travail, sa capacité à juxtaposer des enjeux actuels dans un contexte rétro, à simuler la glorification du pouvoir et du contrôle gouvernemental en utilisant le stéréotype de l’heureuse famille nord-américaine comme toile de fond. » – André Bathalon (co-founders of Mural festival.)

Earth Crusher
Under Pressure 2015 avec Five8 & Skor ©Nickie Robinson

 » C’est une personne gênée et tranquille, il est talentueux, humble et il a définitivement créé un branding, une image autour de son personnage de Earth Crusher character. »  – Sterling Downey (co-fondateur  du Under Pressure Graffiti festival)

Earth Crusher

Amalgam festival 2014 – Dré / Earth Crusher avec Five8 ©Nickie Robinson

Peindre n’est pas seulement le travail final, c’est l’expérience de création en soi et avec qui vous passez ce temps qui fait qu’il en vaut la peine.

Pour suivre le travail de Earth Crusher: Website | facebook | instagram

Un remerciement spécial à André Bathalon, Dodo Ose,  Five8, Jason Botkin, Monk.e, Sterling Downey et tous les amis de Marc-André pour leur aide dans la rédaction de cet article ,

*** La version anglaise de cet article a été publiée dans “If walls could talk MTL”.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *