Déjà paru dans les magazines Fricote, Kiblind, ou encore Shoes Up, celui qui se fait appeler George(s) est un illustrateur français bien doué.
Avec humour, il sait manier le gif, le noir et blanc, et le petit détail qui fait mouche. Mais il sait aussi mettre son talent au service des autres avec par exemple son dernier projet en date: un cahier de coloriage pour les enfants réfugiés de Calais.

Rencontré à la London Illustration Fair sur le stand de l’imprimeur 476.fr , George(s) nous a livré ses petits secrets et nous a même fait un petit gif rien que pour nous (et vous) !

illustrateur cool

Salut Georges! Tout d’abord, Qui es-tu ? Qui se cache derrière George(s) ? 

Je suis né à Nantes, Naoned pour les intimes. J’ai 27 ans et je vis à Londres depuis 3 ans après avoir passé 3 autres années à Shanghai. J’ai travaillé plusieurs années en tant que directeur artistique dans des agences de design avant de tout plaquer pour faire ce que j’ai toujours fait, dessiner. La seule différence c’est que maintenant je me fais payer pour le faire. Ah et aussi, je suis daltonien, donc handicapé.

 illustrateur George(s)

Quelle est l’importance du dessin dans ta vie ?

Le dessin prend une part essentielle de ma vie. Évitons les clichés du genre “je me lève dessin, je mange dessin, je bois dessin, je dors dessin” mais c’est pour moi très important. Depuis que je suis tout petit j’adore raconter des choses en les illustrant. C’est plus dur d’être drôle sans parole mais c’est un très bon exercice de concision (oui ce terme existe).

Tu peux nous décrire une journée typique ?

Alors déjà je me réveille, difficilement. Je pars pour mon studio et je commence par classer de manière plutôt désorganisée mes priorités de la journée et après j’attaque. J’ai souvent du mal à démarrer mais une fois que je suis lancé je ne m’arrête que pour manger et encore… 

Quels sont tes outils préférés ?

Je n’ai pas vraiment d’outils préférés au contraire j’aime tester le plus de choses possibles; peinture, posca, scotch… On a souvent de bonnes surprises avec des outils parfois inattendus. J’aime par exemple utiliser le polystyrène et l’encre de Chine ou de vieux rouleaux de peinture pour réaliser des aplats texturés. Je passe souvent par l’ordinateur pour peaufiner les détails mais pour moi le dessin à la main est toujours une étape obligatoire. On est souvent plus vrai et naturel dans le trait à la main. 

Qu’est-ce qui fait ta marque, ton identité ?

illustrationJe pense que ce qui fait ma “patte” c’est déjà le noir et blanc. En temps que daltonien, j’ai souvent essayé de travailler en couleur et forcé de constater que ce n’était franchement pas une réussite, j’ai donc décidé d’assumer mon terrible handicape. Un autre point je pense c’est la touche “comique” que j’essaye d’avoir sur chaque dessin.

 George(s) George(s) illustration

Quels sont les artistes que tu aimes le plus ?

Je suis un grand fan du travail d’artistes comme Andy Rementer, Jean-Michel Tixier, José Ja Ja Ja, Martina Paukova… Pour moi, le style de Raul Soria et Marcin Kolejko est vraiment génial ; simple et efficace. Après j’ai aussi mes classiques et intemporels tels que Saul Steinberg, Raymond Savignac et Bob Gill.

Ou puises-tu ton inspiration dans la vie quotidienne ?

C’est ce que j’adore dans le métier d’illustrateur, tout est inspirant. Je pense que c’est très dur de réussir dans ce métier (c’est déjà très dur quoi qu’il arrive) si tu n’es pas ouvert à tout ce qui t’entoure. J’adore regarder la télé, les gens dans la rue… Regarder les bourrés le samedi soir est par exemple une super inspiration; c’est comme voir une caricature de nos gestuelles, nos mimiques. Je parle aussi beaucoup de ce que je vis et ce que je ressens.

Tu te souviens de ton premier dessin ? le dernier ?

Wow premier dessin c’était il y a très très longtemps. J’étais plutôt du genre châteaux forts et chevaliers pilotes de chasse. Parfois je regrette cette époque où je dessinais des vélos aux roues carrées et des cyclistes avec des jambes de trois mètres sans état d’âme. Le dernier c’est le petit gif que j’ai fait pour Beware pour dire merci pour cette interview :)

Et celui que  tu préfères ? ou au contraire que tu aimes le moins ?

Celui que je préfère c’est sans doute “The Banquet” que j’ai réalisé pour Fricote Magazine. Il a quelque chose en plus pour moi, je ne saurais pas dire quoi et d’ailleurs ça m’énerve de ne pas trouver. Les dessins que je déteste personne ne les verra jamais étant donné qu’ils finissent tous dans un feu de joie hebdomadaire. 

illustration george

Si tu pouvais collaborer avec n’importe quel artiste ou projet, ce serait quoi ?

J’adorerais collaborer avec Raul Soria ou Marcin Kolejko justement. Je me sens super proche de ces deux gars là créativement et je suis sûr qu’il en sortirait quelque chose de cool. Au niveau marques, Vans m’intéresse vraiment. J’aime leur état d’esprit et leurs projets (je rêverais d’avoir Paul Van Doren comme tonton). J’avais fait un petit gif pour leur 50ème anniversaire qui leur avait bien plu alors qui sait. En toute franchise, toutes les marques sont les bienvenues (sauf Damart). 

Tu en penses quoi de l’univers de l’illustration à Londres en ce moment ? 

C’est assez drôle Londres pour l’illustration. Il doit y avoir 60% des illustrateurs du monde et pourtant on ne voit toujours que les 5-6 mêmes têtes. L’énorme avantage de cette ville c’est qu’il y a toujours des événements ou expositions pour les illustrateurs. L’inconvénient : c’est cher !

Quels sont tes projets à venir ?

Pas mal de projets ma foi : plusieurs collaborations dont une avec mes potes de WeAreOutOfOffice, l’idée d’un livre jeunesse qui me tient particulièrement à coeur (car lié au daltonisme), des vidéos d’animation pour Wakeboarding Magazine, quelques publications print et j’espère une exposition personnelle dans le courant de l’année, fingers crossed !

 George(s)

cool GIF

 George(s) George(s)

Encore plus de George(s) sur :
Facebook
Instagram
Son site

Enregistrer

Enregistrer

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *