John-David Richardson et la « white trash » américaine

John-David Richardson a été diplôme en photographie appliquée de la Northern Kentucky University. Il est l’un des dix lauréats des Prix étudiants SPE 2016 pour les innovations en imagerie. Travaillant dans le style d’un récit ouvert, ses photographies illustrent des moments de réalisation de soi, de tension et de perte. Aujourd’hui, nous partageons sa série, Family Bible.

John-David Richardson et la "white trash" américaine

John-David Richardson et la "white trash" américaine

Dans sa série de photographies John David Richardson s’intéresse à la signification du terme « white trash » (mot d’argot américain utilisé pour désigner la population blanche pauvre du pays). En utilisant une combinaison de portraits, de natures mortes et de paysages, le photographe se confronte à l’histoire de sa propre famille. À travers sa série images il fait référence au désespoir qui consume la classe populaire et à la façon dont la mobilité sociale ascendante peut souvent sembler impossible.

D’où je viens, nous ne discutons pas de ce que signifie être la white trash par honte

John-David Richardson et la "white trash" américaine

John-David Richardson et la "white trash" américaine

Dans les photographies de l’artiste, les marques sur le matériau et la peau des sujets traduisent la violence entre les membres de la famille et le délabrement de leurs maisons. Au contraire le toucher tendre d’une jeune mère tenant son enfant fait allusion à la possibilité de quelque chose de meilleur à l’avenir.

family bible

 family bible

family bible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*