« Quel pied, ah quel pied oh putain » disait Thierry Rolland.

Vous avez peut être déjà entendu parler d’elle et pour cause : la jeune prodige belge fait la première partie en France d’Ibeyi et de Damso (rien que ça), et est entre autre la petite sœur du rappeur en vogue Roméo Elvis. Un duo en famille a même vu le jour sur l’album du frangin « Morale 2 », sur le titre très en vue intitulé « J’ai vu ».

Après avoir grandi avec un père chanteur et une mère comédienne, Angèle étudie la musique classique en apprenant le piano, puis se reporte sur le jazz. Des sonorités qui ont façonné ses goûts pour nous offrir une pop flamboyante, proche du r’n’b dans les couplets, oscillants magistralement entre l’anglais et le français.

 

« La loi de Murphy » est une ode à toutes ces merdes quotidiennes que l’on hait. Par définition, « tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera nécessairement mal ». Dans le clip, on retrouve alors le coup foireux de la tartine qui tombe du mauvais côté, la canette qui repeint tes murs après avoir été malencontreusement secouée, le talon qui se coince dans une grille ou le sac de course qui se troue pour laisser s’échapper tes provisions. Peu importe, Angèle expose une chanson à la musique entrainante qui ferait passer l’automne froid pour une vraie fête.

Pour le visuel, Angèle fait confiance à Charlotte Abramow, une jeune photographe de 24 ans avec qui la chanteuse a déjà collaboré pour des shootings. Un tout coloré et gentiment décalé.

AngèlePour son premier titre, Angèle nous offre un combo musique/clip génialissime, une promesse solaire.

Ne manquant pas d’auto-dérision, retrouvez Angèle sur son compte instagram dans lequel elle se met en scène dans des vidéos expérimentales, irrésistible.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *