Il y a quelques mois,  on vous présentait le Melt festival en prenant légèrement le ton d’un commercial de supermarché. Sans même l’avoir testé, on pouvait affirmer que cet événement allait être super mega cool. Une Line Up et un cadre qui nous vendaient du rêve. Et oui, le festoch s’est passé à Ferropolis, une zone industrielle collée à un lac avec de parts et d’autres de petites plages de sables doux. A seulement une heure de Berlin, nous avions fait un choix : Non au Dour, Oui au Melt.

C2

©oliverschweers

On ne peut pas vous présenter un festival sans vous dire qui vous décrit cette expérience – sans présenter les envoyées spéciales. La team était composée de deux autres rédactrices et moi-même. Une belle brochette de princesses parisiennes qui ne connait que bitume, métro et pollution durant l’année. L’œil averti, la plume à la main, la team semblait parée pour toutes les aventures. Force est de constater, lors des premières minutes de notre arrivée, que chacun des Meltois se regardaient du style : “ Avec qui et à côté de qui, je vais passer mon aventure pendant un, deux ou trois jours”. On peut distinguer deux types de profils. Ceux qui arrivent sur place en mode décontracté (jogging, sweat, sneakers,) et ceux qui viennent tout naturellement avec leurs sappes du lundi. Remarque, qu’être décontracté vestimentairement parlant peut-être notre sappe du lundi.

C1

BREF, qu’en est-il lorsque le coup de feu des festivités retentit ? Si les artistes présents sont venus faire leur show, les Meltois ont visiblement eu envie de les accompagner. Les envoyées spéciales de Beware ont voulu tester ! On se souvient, de nos années maternelles où tes seules occupations étaient de manier la colle, le papier et les feutres …! Le coup d’envoi nous a replongé directement dans une ambiance artistique de l’âge tendre.  On n’avait pas pas de colle mais de la Vaseline, utile pour s’en servir comme fixateur et sans dangers pour les peaux sensibles.  Et puis les feutres ont été remplacés par de la peinture et des paillettes ! Or, Argent, Vert, Bleu… tout y était pour laisser jaillir son âme d’artiste et pouvoir briller de milles feux
©festivalsnobs

Qui brillera le plus ? Lesquels d’entre les Meltois seront les plus visibles, les plus lumineuses-x parmi cette masse ? Avec nos  Faces’ painting, on était enfin prêtes et excitées de rejoindre les scènes et on s’est vite rendu compte, que nous n’étions pas les seules à vouloir briller. Entre les paillettes, les make-up aboutis, les tenues excentriques de la grande communauté de Queer il y en avait pour tous les gouts. Des hommes vêtu de cuir, en cape d’aluminium ou encore  en talon avec des coiffures de très loin élaborées,  leur mot d’ordre était liberté vestimentaire.

C4

©tibb.phungtham

Et nous, étions-nous originales ? L’extravagance et les lumières sont des parties intégrantes à la vie de ce festival. Après avoir pris connaissance de cette météo plus que douteuse, nous avions décidé de jouer la carte du “one life one shot”. K-way, pantalon noir et ces fameuses chaussures que nous allions sûrement perdre dans ce néant de boue, l’éventualité d’être sur notre 31 était un doux songe d’été. Ce n’était pas le cas de tout le monde. Aussi, la gente féminine avait préparé son coup et très vite nous nous faisions envahir par une ordre de fille aux couronnes de fleurs. Qui sont-elles ? Que veulent-elles? Un manque d’originalité ou un signe distinctif ? snapie ou hippie ?  là était la question. Ce groupuscule au filtre embellisseur qui concurrence celui du chien allait être présent tout au long de cette aventure.

A l’image de Pokemon Go, nos chaussures ont évolué au fil des jours, des heures, des minutes… Faut-il se chausser de sa plus belle paire ? Surtout pas ! Faut-il privilégier une matière ? Le cuir, facile à nettoyer, ou du tissu pour les plus chauds.

Beware ! De Nike, ils sont passés à niquées,  les Air Force One d’Harmony sont passés du blanc à une couleur terrée (RIP).  Alors quel conseil nous pouvons vous donner : acheter une paire pour le festoche à 10 euros dans des boutiques cheap ! Pour notre plus grand plaisir, le jour deux fut celui du SUNSHINE. Alors finit les pantalon pull veste, et welcome au short et sandalette. Le festival prenait tous son sens, mais ça on vous en parle dans la partie musique.

13734826_1037065839713154_661929127_n

Avec la participation d’Harmony Langromme

Remerciement aux organisateurs

Vous aimerez aussi

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *