nicolas-barrome-la-rochelle

Artiste trentenaire au parcours atypique, Nicolas Barrome enchaîne les sorties avec réussite ces derniers temps. Depuis plusieurs années, cet illustrateur basque lutte pour la diffusion et la création de contenus du plus bon goût. Créateur du collectif Jeanspezial aux côtés de 8 autres illustrateurs et actuel résident de la galerie parisienne l’Attrape Rêve. Nicolas Barrome s’implique dans de nombreux projets entre commandes professionnelles, pour ses expositions, ou encore entre deux ou trois créations personnelles.

Après s’être égaré vers des études de commerce, Nicolas a rapidement bifurqué vers des études d’Arts Appliqués à Bordeaux, préférant le 2b à la calculatrice. De cette formation des Beaux Arts, on retrouve une technique, une approche et un respect de l’héritage artistique des grands maîtres de l’époque. On en prend pour témoin la série de tableaux où il emprunte l’imagerie de certains grands peintres en ajoutant sa touche graphique toujours très personnelle. Illustrateur avant tout, Nicolas est néanmoins tombé sous le joug des bombes à de nombreuses reprises. Cet été, il a d’ailleurs pu goûter aux joies de la garde à vue, la justice française ayant beaucoup appréciée une de ses fresque collective située à Paris.

Avec un peu d’attention portée à ses illustrations ainsi qu’à ses fresques, on détache rapidement la “patte Nicolas Barrome” de ses créations. Disons qu’aujourd’hui, un tableau, un dessin, une fresque de Nicolas se reconnaît, s’identifie. Il fait partie de ses personnes ayant réussi à développer avec brio une identité artistique. Le mot est lâché. Façonné par le soucis du détail, une technique irréprochable ainsi qu’une imagerie personnelle, l’univers de Nicolas Barrome joue autour de divers thèmes mettant en scène des situations surréalistes.

Inspiré par les grands maîtres certes, mais Nicolas l’est aussi par la culture contemporaine. En compagnie de ses fidèles compagnons à quatre pattes auxquels l’artiste a l’air de vouer une attention toute particulière, on peut retrouver Bambi ou alors encore des minis BN (oui, oui) en plein milieu de scènes sanglantes. Ce goût pour la déformation et la réappropriation d’icônes, de symboles forts (on rigole pas avec les BN), fait écho à l’imagination de l’artiste basque : il peut tout arriver dans un de ses visuels.

Après tout se poser des limites revient à se brider, ne rien s’interdire au contraire : c’est pouvoir s’exprimer. En définitif, et vous l’aurez compris, ici on aime quand Nicolas Barrome s’exprime, un grand orateur à coup sûr.

Plus que manier les mots, l’homme manie les images.

NB : Les deux fresques murales exposées dans l’article sont le fruit d’une collaboration avec Amandine Urruty, moitié créative de Nicolas dans la vie. 

nicolas-barrome-amandine-urruty-bukruk-bangkok-2013 copie

 nicolas-barrome-Ben-hur nicolas-barrome-amandine-urruty-niort-le-4ieme-mur11 copienicolas-barrome-chevalerie nicolas-barrome-citadelle nicolas-barrome-creature-des-marais nicolas-barrome-force-jaune nicolas-barrome-force-rouge Nicolas-Barrome-Jardiland nicolas-barrome-Les-Ruines nicolas-barrome-roti-loup-30-40cm-print nicolas-barrome-zavata

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *